Epik Rally 2019 – Jour 4

Borghetto -> Rivière Tagliamento

Réveil avant l’alarme pour ma part, je commence à ranger le reste de mes outils pendant que les autres dorment encore. Je vais prendre une douche, froide, et sur le chemin du retour, j’apprends qu’il faut une carte pour avoir de l’eau chaude. QUOI ? Voyant ma détresse, mes compères et moi cherchons une carte avec assez de crédit pour me permettre de me réchauffer. Je revis 😀

Un p’tit dèj’, un p’tit café, tu connais les principes, et nous reprenons la route. Petite halte au Lac de Garde et direction la Slovénie. Je ne sais pas pourquoi j’avais un à-priori sur ce pays, dans ma tête il n’était pas si bien que ça, et j’avais hâte de rejoindre la Croatie pour vraiment en avoir plein les mirettes. Je m’étais alors lourdement trompé.

Je n’étais pas revenu depuis des années en Italie, la hausse de pollution m’a bien marquée : on pouvait distinguer un nuage jaune-pisse au dessus des voies rapides et des grandes villes…

Anyway, durant une pause, je m’aperçois que je perds de l’huile sur le haut moteur. Bon sang ! J’ai refais ce moteur à neuf, tous les joints sont neufs, y’a vraiment un truc qui va pas. On arrive donc, en fin d’après-midi, sur le lieu de notre camping, en bord de rivière (Tagliamento). J’apprends des mois plus tard que des pilotes s’entraînent ici pour des rally et autres courses. Vu le lit du cours d’eau, je comprends pourquoi ! Je m’attaque, ENCORE, à la recherche de ma panne et m’aperçois que, dans ma maladresse, je n’avais tout simplement pas serré la seule vis inaccessible du cache culbuteur. Sérieusement… C’est parti pour un démontage, encore ^^. La pluie nous ralentira un peu cependant.

Une fois fait, nous nous dirigeons vers le bar repéré 2km plus tot. J’amène Clémence derrière moi comme elle voulait tester la moto, j’en profite pour faire mon kéké et rouler dans les flaques d’eau. Et l’eau ça mouille, naturellement ><
En aparté, je n’aurais jamais passé une journée au sec durant de trip, aller comme retour !

Nous profitons du bar pour se reposer, parler, jouer au carte, siroter quelques bières. De retour au camping, je laisse la moto à dispo à ceux qui voulaient l’essayer, ils avaient un bon petit terrain pour s’amuser 😉